Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog, c'est un peu un grand foutraque où vous trouverez un peu de tout, beaucoup de rien et un avis sur pas de mal choses.

20 Apr

Critique Buffy contre les vampires saison 1.

Publié par Pifpafpouf  - Catégories :  #Séries TV

http://img.pleax.com/04/1234935166_Buffy-contre-les-vampires-wallpaper-1024x768.jpg

 

En tant qu'adolescent proche de la majorité, buffy contre les vampires a été la série qui m'a le plus marqué à l'époque. Il faut dire aussi que le minois de Sarah Michelle Gellar avait réussi à emporter mon petit coeur (et autre partie du cerveau masculin) dans le fantasme de tout adolescent qui voit une femme.

Cette période étant passée depuis plusieurs années ainsi que mon amour unilatéral pour la demoiselle, je me suis décidé à me relancer dans l'intégrale de cette série que je suivais avec avidité pour connaitre la suite jusqu'à son dénouement final. Il est aussi vrai que je préfère encore son spin off qu'est Angel pour son traitement et ses thématiques plus adultes qui ont réussi à me parler. Le côté plus sombre a du y faire beaucoup en plus de me parler en tant que jeune homme en pleine phase de recherche de soi (c'est encore le cas).

 

Ce qui frappe dans la saison 1, c'est qu'elle se suffit à elle-même contrairement aux autres saisons qui sont, le plus souvent, un enchaînement tendant vers une autre saison. Les douze épisodes de la saison sont ainsi traités comme des stand alone ( comprendre épisode avec un début, un milieu et une fin) qui se répondent sans pour autant empiéter sur les autres.

Chaque épisode est le moyen d'aborder les problématiques adolescentes : la solitude, l'exclusion, l'amour, l'internet et quelques autres. Ces problématiques sont prises sous un abord fantastique pour faciliter le récit puisque les monstres incarnent la peur (littéralement dans un très bon épisode) et permettent aux scénaristes de se servir de la double lecture pour parler métaphoriquement à la cible de la série.

Il est évident que la saison 1 s'adresse avant tout à des adolescents en train de découvrir la vie et le fait savoir avec plus ou moins de subtilité au gré de douze épisodes assez réussis dans l'ensemble. Le défaut de la saison est peut être que cette double lecture pouvait être subtile pour un jeune ado amoureux de l'héroïne principale ou du ténébreux Angel mais pas pour un adulte qui voit les ficelles très rapidement.

La qualité des dialogues et le second degré permanent donnent aussi à la série, un ton très léger sur un mode : voyez ceci comme une farce, pas plus.

 

Chaque méchant incarne un malaise : Moloch et son besoin d'être aimé des autres, Billy renvoyant à nos peurs infantiles, le maître incarnant l'ombre de l'adulte et la prise de responsabilité. Les amis de la tueuse sont là comme des faire valoir permettant à la tueuse et surtout aux spectateurs de s'identifier dans ces individus lambdas. 

Willow est l'incarnation de la fille banale tout comme Alex. Giles est la figure paternelle bienveillante (encore plus prononcé dans les saisons suivantes), Angel est le sombre fantasme inatteignable. Cordelia est la pétasse égocentrique que tout le monde déteste. Buffy se propose ainsi de combattre ce qui fait peur à l'adolescent que nous étions ou nous sommes.

 

La saison s'achève sur la mort du maître et le changement de Buffy qui précise qu'elle se sent différente. Ainsi l'adolescente se meurt pour laisser place à la femme tout comme l'adolescent se décidant à affronter les responsabilités.

 

En résumé, je regrette de ne pas arriver à la voir en V.O. pour profiter un peu plus mais la saison 1 de Buffy contre les vampires est le début d'une série avec d'indéniables qualités scénaristiques et d'interprétation, même de réalisation qui lui donne son statut culte. La saison 1 peut se voir seule sans continuer par la suite, ce qui en fait une de ses forces.

Elle est un arc à elle seule même si la suite débarquera en partie à cause du succès de la série et son statut culte, encore aujourd'hui. A voir pour les amateurs et les nostalgiques parce que la série n'a pas vieilli ce qui est fort agréable. 


Commenter cet article

m 23/04/2011 18:50



Comme c'est dommage de se servir du mythe du vampire pour sortir les mites de touuuuuuuuuuuuuuus les placards de touuuuuuuuuuuuuuuuuus les ados du monde... et de surcroît en les aguichant avec
une Miss gros nénés haute comme deux pommes (trois c'est déjà vu et pas assez petit)...oupsssssssssss :p



Pifpafpouf 24/04/2011 20:31



Moi aussi, je t'aime :p.



À propos

Ce blog, c'est un peu un grand foutraque où vous trouverez un peu de tout, beaucoup de rien et un avis sur pas de mal choses.