Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog, c'est un peu un grand foutraque où vous trouverez un peu de tout, beaucoup de rien et un avis sur pas de mal choses.

05 Jan

Mon père, ce héros.

Publié par Pifpafpouf  - Catégories :  #Mon blog et moi

http://blogue.branchez-vous.com/upload/2007/07/valcartier.jpg

 

 

Si j'ai décidé de publier cet article, c'est que j'ai l'avantage de l'anonymat et que le pire, ça ne me pose aucun problème d'en parler tant que je n'ai pas d'interlocuteur direct.

C'est le sujet que je n'aime pas aborder avec ma douce qui cherche à ce que je reprenne contact avec mon père mais mon caractère buté me l'interdit tant qu'il n'aura pas fait le premier pas.Je ne m'étalerais pas sur les raisons d'une brouille qui doit durer depuis noël 2007 et reste gravée en moi comme l'instant où je n'ai plus accepté de m'entendre faire la leçon par quelqu'un qui n'a pas compris que j'avais 27 ans et que la leçon, j'aurais du l'avoir 15 ans auparavant.

J'aime mon père parce que c'est mon père et je ne l'aime pas parce qu'il n'a pas su m'aimer ou plus simplement m'apporter les marques d'affection dont j'aurais eu besoin pour me construire en dehors d'un intellect prompt à voir l'être humain comme un sujet de dissection pour mon esprit malade.

Voir l'autre comme un sujet propre à mon fantasme et à m'assurer intérieurement que je me sens meilleur que lui pour rassurer ce manque de confiance en moi, cette suffisance qui semble m'appartenir, que je n'arrive pas à admettre de ne pas avoir su protéger un être cher de cette machine à broyer les rêves.

 

Ne rien désirer, ne pas avoir d'envie sauf à sa portée, n'être qu'un pion avec lequel on joue quand on le décide, limite soupirer quand on squatte la console qui est censée nous appartenir, nous rappeler que nous ne sommes rien, oublier le simple merci parce qu'on a aidé à poser du carrelage et nous refiler le petit billet en pensant que ça suffira.

Ne jamais s'intéresser à ce que je peux faire, à ce que je suis, ne pas chercher à me comprendre ou même être capable de me citer un de mes films préférés.

 

C'est le choix d'un imbécile d'avoir coupé les ponts et de refuser de les recoller.J'assume cette part de moi et je veux que ça soit lui qui fasse le premier pas, non qu'il s'excuse mais qu'il me regarde comme l'adulte que je suis, un homme qui vivra toujours avec ses manques, ses obsessions héritées d'une éducation, d'un caractère propre à l'autodestruction.

J'ai vécu une enfance entre deux égocentriques, deux personnes qui n'ont peut être jamais su ce que voulait dire le mot aimer et pourtant, deux enfants sont nés de cette union ont fini comme deux adultes plutôt équilibrés quoique mais avec des vies que d'aucun qualifierait de réussies dans l'ensemble avec de l'amour au bout.

 

J'ai trouvé une dame qui a su m'apprendre à aimer, me faire voir que je pouvais aussi être un père loin de l'image du mien : ouvert, présent, aimant.

C'est certain que beaucoup y verront une forme d'indécence à parler de sa vie ainsi, mais pourquoi cacher ce qui en fait aussi partie alors que je parle bien du reste et mes quelques lecteurs ne prendront pas la peine de lire l'intégralité de cet article donc pas trop de souci à me faire.

 

Si tu lis ça un jour mon cher paternel, sache que la porte est ouverte depuis la première seconde de cette brouille et il ne tient qu'à toi de la passer.

Je suis un gros con et moi, je l'assume.

Commenter cet article

À propos

Ce blog, c'est un peu un grand foutraque où vous trouverez un peu de tout, beaucoup de rien et un avis sur pas de mal choses.