Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog, c'est un peu un grand foutraque où vous trouverez un peu de tout, beaucoup de rien et un avis sur pas de mal choses.

09 Apr

Souvenirs de l'arcade.

Publié par Pifpafpouf  - Catégories :  #Jeux vidéo

http://niffo.free.fr/borne/gfx/borne_0.jpg

 

Pour beaucoup, le jeu vidéo a commencé dans le salon des parents ou la chambre par l'intermédiaire d'une console de jeu. Il est difficile de se rappeler que le jeu vidéo, c'est aussi la salle d'arcade et les bars.

Il y a quelques décennies de cela, j'ai découvert le jeu vidéo autrement que dans son salon. J'ai pu vivre cette époque bénie (pour moi) où le jeu vidéo se vivait comme le cinéma : dans une salle, voire même dans un bar.

Après quelques démêlées avec ma mère concernant un retard tout à fait involontaire, j'ai pu aller à la salle d'arcade quasiment tous les soirs de la semaine (une histoire de mot que j'ai malencontreusement oublié de donner au collège). Ainsi, j'ai découvert la version rainbow de Street Fighter II où les boules prenaient tout l'écran, où Blanka pouvait en balancer en faisant son attaque électrique.

J'ai aussi découvert le billard, le flipper et comment faire pour jouer sans payer (oui, c'est mal). Tout le plaisir de se retrouver dans cette atmosphère de convivialité, de sueur et de clopes entre joueurs confirmés et jeunes prépubères en quête du graal ultime (la pièce de dix francs).

 

Je me souviens avoir été invité à jouer avec de parfaits inconnus parce qu'il voulait un adversaire, découvert Crime fighters 2 qui s'appelait aussi Vendetta et où l'on pouvait se faire littéralement enculer par ce que l'on qualifiera de sado maso à forte tendance homosexuelle. Frapper les ennemis contre le mur. 

J'ai aussi fantasmé sur la possibilité de jouer à Cadillacs et Dinosaures. J'ai pu m'initier au tag battle avec King of Fighters 94', m'emplâtrer à Daytona USA, toucher Mortal Kombat pour la première fois. Dépenser mon argent de poche pour avoir un bâton de joie dans les mains.

J'étais un enfant dans une confiserie. J'avais de tout découvrir, tout me paraissait énorme et surpuissant. Je me souviens même de X-Men vs Capcom ou Street Fighter, je ne sais plus. Même de Darkstalkers et d eHouse of The Dead avec les impacts de balles, les boss énormes et le super pistolet.

 

Malgré ces bons souvenirs, j'ai appris plus tard que le mode de difficulté des bornes pouvait être changé par celui qui gérait la salle d'arcade. J'ai été anéanti par cette découverte. Les jeux n'étaient durs que parce que le monsieur qui nous faisait la monnaie voulait se faire plein de sous sur notre dos avec les 7 crédits pour dix francs et les 3 pour cinq.

Ensuite est venu le temps où les salles d'arcade ont disparu et ne me faisait plus autant envie qu'auparavant. J'ai pu voir qu'à la maison, c'est moins cher et en vieillissant la nostalgie est revenue pour cette atmosphère si particulière et le plaisir de se retrouver dans un lieu dédié à ce loisir (je pense faire un billet sur l'art et le jeu vidéo).

 

L'émulation me permet de finir Vendetta, Caddillacs and Dinosaurs et même de faire Alien Vs prédator que je ne connaissais même pas. Je ferais les test de chaque jeu fait avec un plaisir non dissimulé parce que ces jeux n'ont jamais pu arriver sur console et je suis le premier à le regretter.

Au final, je regrette que la salle d'arcade est perdue de son intérêt parce qu'avoir un joystick dans les mains dans cette atmosphère n'a pas de prix et un salon ou une chambre ne pourra jamais retranscrire tout ce que se vit dans ce genre d'endroit.

Si vous avez l'occasion, allez perdre un ou deux euros pour vous imprégnez de ces lieux magiques que sont les salles d'arcade.

Commenter cet article

Batto 10/04/2011 12:54



Cadillac Dinosaurs....ah souvenirs de ces bornes d'arcade oui ^^



Pifpafpouf 10/04/2011 13:55



En plus, c'est merci l'émulateur parce que c'est génial.



À propos

Ce blog, c'est un peu un grand foutraque où vous trouverez un peu de tout, beaucoup de rien et un avis sur pas de mal choses.