Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog, c'est un peu un grand foutraque où vous trouverez un peu de tout, beaucoup de rien et un avis sur pas de mal choses.

04 Aug

Premier jet (2)

Publié par Pifpafpouf  - Catégories :  #Premier jet

Ainsi débute mon voyage dans le passé. Je vais enfin connaître ce si grand secret. Mon père, cet homme imaginé comme un grand héros. Enfant, je pensais que le samedi était voué à sa quête de la justice dans ma période super héros. Qu'il était un agent secret dans ma période espion,....

En grandissant, je me rappelle de ce sourire qu'il esquissait quand samedi arrivait. Mon père était tout sauf quelqu'un d'expansif. C'était un de ses hommes qui n'avaient jamais connu l'affection. Pour qui, être affectueux se résumait à un bisou le matin et le soir sauf le samedi matin où l'on avait droit à un câlin. J'aimais le samedi matin et le soir parce qu'il rapportait parfois une petite babiole à maman ou à moi.

Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi maman ne disait rien à propos de ce samedi. J'ai toujours cru qu'elle savait ce qu'il faisait. Je lui ai demandé une fois. Elle m'a répondu que ne pas tout savoir faisait partie de la vie. Je crois qu'elle laissait mon père faire par peur de finir seule.

Je regrette que ma mère soit morte depuis longtemps. Elle aurait pu m'aider à comprendre ce que je me prépare à lire.

J'ouvre ce grand livre. Je plonge dans l'histoire de mon père.

Samedi 20 juillet :

Aujourd'hui, je commence ma journée. Encore une où je vais me regarder dans le miroir en me demandant qu'ai-je fait pour mériter de vivre un jour de plus. C'est de plus en plus dur de supporter cette vie. Je dois tenir encore un jour de plus pour être là quand notre fils arrivera.

C'est devenu si dur que je ne pourrais pas être là pour sa venue. J'ai tout fait pour résister mais je ne peux plus. Tu seras une mère formidable, je le sais et même si tu ne comprendras peut être jamais mon geste, je t'aime ainsi que le petit être qui grandit en toi.

Je retourne dans la maison abandonnée que j'ai repéré pour que tu ne me vois pas dans cet état. Je sais que la détonation fera venir les gens et ils me découvriront mais pas toi. Je ne veux pas que ce soit toi, que tu gardes cette image de moi avec la moitié du crâne étalée sur le mur du salon.

J'écris ses mots avant de passer à l'acte, je me prépare à ce moment où je serais libéré de moi-même. De tout ce qui me ronge depuis que je me lève le matin en voulant que ce ne soit pas le cas. J'ai honte de t'infliger ça dans un moment qui devrait être le plus heureux de nos deux vies. Même maintenant, avant de passer à l'acte, je ne peux m'empêcher de penser à toi et au petit bonhomme. Je ne veux pas le faire mais je le dois pour vous et moi.

Je ne pourrais pas être un bon père et surtout, je ne veux pas devenir comme le mien. Cet être froid et inhumain qui ne m'a jamais vu autrement que comme une plaie dans sa vie. Je voudrais tellement ne plus souffrir et transformer cette douleur en joie intense pour vous deux.

BAM.

Voilà le bruit que fait un objet quand il traverse le plafond de cette maison juste au moment où je mets le canon dans ma bouche, prêt à tirer et repeindre le mur derrière moi. Une colère sourde monte en moi. Même dans ce moment où le suicide me semble la seule issue possible, la vie ou je ne sais quelle force se décide à m'en trouver une autre. Cet objet étrange m'attire à lui au point de me faire lâcher le fusil que mon père avait utilisé pour tuer maman. Qu'était-il ? Quelle était sa fonction ?

Je ne le compris que quand je posa mes doigts dessus. Je venais de découvrir ce qui me sauva la vie et me permis de te laisser ce journal mon cher fils.

A partir de ce jour, je me suis décidé à laisser une trace de tous ces samedis pour que tu puisses savoir, à défaut de (me) comprendre.

Commenter cet article

À propos

Ce blog, c'est un peu un grand foutraque où vous trouverez un peu de tout, beaucoup de rien et un avis sur pas de mal choses.